Le POINT ECO : que retenir à 3 mois de la fin de l’année ?

Octobre 2019

Le POINT ECO : que retenir à 3 mois de la fin de l’année ?

Stéphanie Villers - Chef économiste de Malakoff Médéric Humanis

Alors que la fin de l’année approche, la situation économique mondiale annonce des signes de ralentissement. Quel est l’impact mondial de la guerre commerciale américaine ? La France poursuit-elle sa dynamique de croissance ? Eléments de réponse avec S. Villers, Chef économiste Malakoff Médéric Humanis.

Catégorie : Actualités des marchés

Afficher les sous-titres

Quelle est la situation économique mondiale ?

 

La guerre commerciale a pénalisé la croissance mondiale, le commerce mondial a ralenti et devrait être stable cette année, alors qu'en 2018 il progressait de 3%. Dans ce contexte, les organismes internationaux ont révisé à la baisse leurs prévisions de croissance. L'OCDE anticipe une croissance de 2,9%, c'est-à-dire en dessous des 3%, et c'est une première depuis 10 ans.

 

La croissance aux Etats-Unis est-elle toujours d’actualité ?

 

L'économie américaine se porte bien, la croissance continue à tourner à plein régime soutenue par la consommation des ménages. Le marché du travail reste très dynamique, avec plus de 100 000 créations d'emplois par mois, et un taux de chômage qui reste à son niveau de plein emploi à 3,7%.

 

En revanche, le choc fiscal qui a permis d'abaisser l'impôt sur les sociétés de 35% à 21%, s'il a permis de soutenir artificiellement la croissance a mis en exergue un déficit public qui devient peu à peu insoutenable.

 

On s'attend à un déficit public de plus de 5% du PIB en fin d'année, avec une dette publique qui atteindra 100% du PIB. Dans ce contexte, la banque centrale américaine, la FED, a décidé d'abaisser son taux directeur de 25 points de base pour continuer de soutenir l'activité américaine, on voit déjà des signes d'essoufflement. L'ISM manufacturier est passé sous le seuil des 50, à 49,1.

 

Quel est l’impact de ce climat mondial sur la zone euro ?

 

La France devient le moteur de la croissance européenne, elle a enregistré une croissance au deuxième trimestre de 0,3%, ce qui devrait amener la croissance française en 2019, entre 1,3% et 1,5%.

 

A contrario l'Allemagne risque de rentrer en récession, au deuxième trimestre, elle a déjà enregistré une croissance négative, donc si au troisième trimestre sa croissance reste négative, elle rentre en récession technique. Le principal secteur qui a été touché par la guerre commerciale, c'est son secteur automobile.

 

L'inflation globale en zone euro reste très faible, aux alentours de 1%. C'est pourquoi la BCE a décidé d'agir de nouveau, d'une part elle a abaissé son taux de dépot à -0,50%, elle veut ainsi inciter les banques à prêter davantage aux entreprises et aux ménages. Elle a décidé aussi d'injecter de nouveau, massivement 20 milliards d'euros sur le marché obligataire à partir du premier novembre.

 

L'efficacité de ces mesures ne fait pas l'unanimité, par ailleurs il reste de nombreuses zones d'ombre, en particulier avec le Brexit et les conséquences de la guerre commerciale américaine sur l'économie de la zone euro.

 

Conclusion :

 

Dans un contexte international chahuté par des tensions commerciales qui s’éternisent, l’économie française résiste. Reste à savoir jusqu’à quand ?

Vos dernières vidéos

Accéder à la Web TV

comment_expliquer_les_taux_negatifs_causes_et_consequences
Novembre 2019

Comment expliquer les taux négatifs ? Causes et conséquences

Catégorie : Actualités des marchés
loi_pacte_ce_quil_faut_retenir_pour_les_entreprises_et_les_epargnants
Septembre 2019

Loi Pacte : ce qu’il faut retenir pour les entreprises et les épargnants

Catégorie : Actualités juridiques