Le point éco : à quoi s'attendre pour 2020 ?

Février 2020

Le point éco : à quoi s'attendre pour 2020 ?

Stéphanie Villers - Chef économiste Malakoff Humanis Gestion d'Actifs

Les Etats-Unis poursuivront-ils leur dynamique de croissance ? Quel sera l’impact de l’épidémie du Coronavirus en Chine et dans le monde ? L’économie française tirera t’elle son épingle du jeu en 2020 ? Le point avec notre chef économiste, Stéphanie Villers.

Catégorie : Conjoncture économique

Afficher les sous-titres

 

États-Unis : poursuivront-ils leur croissance ?

 

La croissance américaine a été robuste tout au long de l'année 2019.

Le PIB devrait enregistrer une hausse de 2,3%.

Le moteur principal de la croissance américaine, reste la consommation privée.

Les dépenses des ménages ont été soutenues par un marché de l'emploi florissant.

Il y a eu plus de 200 000 créations d'emplois mensuelles.

Le taux de chômage, lui, est resté à son niveau de plein emploi à 3,5% de la population active, et les hausses salariales ont atteint 3% en glissement annuel.

 

L'année 2020 devrait rester sur cette même tendance.

Cette année sera soutenue par la signature en début d’année, de la phase 1 de l’accord commercial entre les États-Unis et la Chine.

Donc, dans ce contexte, la croissance mondiale va pouvoir tirer son épingle du jeu et repartir à la hausse.

Il reste quand même des déséquilibres qui sont en train de s'enraciner aux États-Unis.

D'une part, le choc fiscal déséquilibre les comptes publics, et ensuite, le manque d'investissement chronique va finir par peser sur la compétitivité des entreprises américaines.

 

 

Chine : l’impact de l’épidémie de Coronavirus

 

La croissance chinoise devrait de même, profiter de l'accord signé avec les États-Unis.

En revanche, l'année commence mal pour la Chine avec le risque d'épidémie du Coronavirus, ça devrait avoir une incidence négative, sur l'activité au premier trimestre.

Pour autant, on voit une certaine réactivité des autorités chinoises.

On se rappelle de l'épisode du SRAS en 2003.

Cette fois-ci, la Chine s'est montrée réactive. Des villes entières ont été mises en quarantaine pour éviter la propagation de la maladie.

Rappelons que la croissance chinoise représente 40% de la croissance mondiale.

Il y aura donc un risque d'effet négatif sur l'ensemble de l'économie mondiale tant que cette maladie ne sera pas éradiquée.

 

 

Zone euro : la France, toujours moteur de la croissance ?

 

L'économie française a été le moteur de la croissance de la zone euro en 2019. La croissance du PIB en France devrait atteindre 1,3%, alors qu'en Allemagne, elle n’atteindra vraisemblablement que 0,5%.

C'est l’investissement qui a tiré la croissance française.

Le nombre de demandeurs d’emplois en 2019 a baissé de 3,3%, et c'est une première depuis la crise de 2008.

Le taux de chômage touche 8,5% de la population active, et selon l’INSEE, il devrait baisser à 8,2% au printemps 2020.

En Allemagne, l'activité, cette année, devrait reprendre des couleurs, compte tenu de l’accord signé entre les États-Unis et la Chine.

 

Enfin, le taux d'inflation reste faible en zone euro à 1,3%. Dans ce contexte, la BCE a décidé de maintenir son quantitative easing. Elle va injecter mensuellement 20 milliards d'euro sur le marché obligataire.

 

Vos dernières vidéos

Accéder à la Web TV

un_debut_dannee_sur_fond_depidemie
Mars 2020

Marchés actions : un début d’année sur fond d’épidémie

Catégorie : Actualités des marchés
evolution_de_vos_fonds_decouvrez_votre_nouvelle_offre_epsens
Janvier 2020

Evolution de vos fonds : découvrez votre nouvelle offre Epsens

Catégorie : PEE/PERCO